Les différentes conditions pour obtenir un crédit sans justificatif de revenus

crédit sans justificatif

La loi Lagarde oblige les banques à exiger des documents confirmant la solvabilité des emprunteurs. Bien qu’obtenir un crédit sans justificatif de revenus semble être irréaliste, cela reste possible. Voici quelques éléments à connaître pour bien réussir dans cette démarche.

Obtenir un crédit sans justificatif de revenus de sa banque

Les personnes qui demandent un crédit à leur propre banque peuvent jouir d’une certaine souplesse. L’établissement connaît déjà l’abonné et son compte. Puis, la loi l’oblige à vérifier la solvabilité, non les revenus. En d’autres termes, le souscripteur doit juste prouver qu’il peut honorer ses dettes. Il n’a peut-être pas de contrat à durée indéterminée à présenter, mais les mouvements de fonds jouent en sa faveur. Dans tous les cas, il revient au banquier d’octroyer ou non le prêt. Le demandeur peut obtenir gain de cause plus facilement avec un crédit renouvelable. C’est une réserve qui reste sur le compte en vue d’un éventuel besoin. Un tarif spécifique ou un taux dissuasif peut s’appliquer lorsque le client touche à l’argent.

Demander un prêt de moins de 3 000 euros

Le dispositif Lagarde veille à la sécurité des bailleurs de fonds. Cependant, il existe quelques exceptions à cette règle. Certains créanciers permettent à leurs clients d’obtenir un crédit sans justificatif de revenus. Les souscripteurs doivent juste rester en dessous des 3000 euros. C’est le seuil pour les prêts personnels non affectés. En d’autres termes, le montant demandé doit demeurer faible pour que le créancier puisse octroyer les fonds. Les banques acceptent également les décaissements avec un minimum de document lors d’un achat à crédit. Ce type d’offre engage un magasin d’électroménager ou un concessionnaire qui prend le relais concernant le volet administratif.

Fournir d’autres preuves de solvabilité

Outre les fiches de paie, d’autres documents peuvent prouver qu’une personne physique est solvable. Dans certains cas, l’avis d’imposition ou la facture d’électricité permet d’attester la bonne foi de l’emprunteur. Ceux qui travaillent à leur compte pourront aussi présenter la liasse CERFA. Le banquier demande presque systématiquement à voir ces documents après avoir donné l’accord de principe sur le crédit. La mise à disposition d’une caution de garantie va encore simplifier les démarches. Si la personne décide d’aller auprès des prêteurs non conventionnels, il doit penser à un gage. La valeur du bien hypothéqué doit être supérieure d’au moins 20 % à la somme demandée.

Des conditions auxquelles il faudra penser

Un crédit sans justificatif de salaire est envisageable sous quelques conditions. Il y a notamment le taux qui monte au-dessus des pourcentages habituels. Certaines banques appliquent même un ratio de rémunération à deux chiffres. L’assurance emprunteur est parfois conséquente au vu des risques encourus. Les créanciers pratiquent des frais de dossiers importants. Cela vient en partie du fait qu’une enquête de solvabilité doit se faire avant l’octroi du montant demandé. Enfin, il est primordial de bien différencier les crédits sans justificatif de ceux qui ne requièrent aucune preuve spécifique. Dans les deux cas, l’emprunteur doit signer un contrat en bonne et due forme avant de disposer des fonds.

Laisser un commentaire